Histoire-géographie et EMC

Complexifier par le changement d’échelles : La question de l’Arctique à l’heure de la transition écologique.

22 / 05 / 2020 | Webmestre HG

Auteurs :
Christophe GOURGUECHON, lycée Jean Vilar, Meaux
Ulas UYAR, lycée André Boulloche, Livry-Gargan

Selon le programme d’histoire-géographie de la classe de seconde « La géographie vise à comprendre comment les individus et les sociétés organisent leur espace, s’y développent, le transforment » . Ainsi, la géographie à l’école vise à construire avec les élèves des représentations du monde dans lequel ils vivent. À cela s’ajoute la construction d’une capacité à représenter les espaces et territoires dans lesquels se déploie l’action de multiples acteurs. C’est pourquoi, le programme de géographie « place les sociétés et les territoires au cœur de l’analyse, en prise directe avec la réalité ». Il intègre aussi trois processus pour l’étude des acteurs et des territoires :

  • « la transition, qui prolonge l’étude du développement durable en insistant sur les grandes mutations en cours et les défis qu’elles représentent pour les acteurs et les sociétés ;
  • la recomposition, centrée sur l’étude des restructurations spatiales liées à ces grandes mutations ;
  • la mondialisation, envisagée comme une affirmation du monde comme espace et échelle de référence, mais également comme un révélateur d’inégalités territoriales . »

La séquence présentée ici vise à montrer que les espaces affectés par les bouleversements récents et en cours de la planète « ne sont pas dans une relation d’emboîtement, comme des poupées gigognes, mais en interaction systémique ».

Bibliographie et sitographie indicatives
-  Cannobio, E. (2009), Mondes arctiques. Miroirs de la mondialisation, Documentation photographique, N° 8080, 2009.
-  Cannobio, E. (2009), Atlas des Pôles. Questions sur un avenir incertain, Autrement, 2007.
-  Foucher, Michel (2014), L’Arctique. La nouvelle frontière, CNRS-Biblis (poche).
-  Grenier, A. (mis en ligne le 19 novembre 2018 et consulté le 17 juillet 2019), « Le décloisonnement du passage du Nord-Ouest », http://journals.openedition.org/ideas/3313.
-  Tabarly, S. (2009), Océan Arctique : des frontières maritimes à l’épreuve d’une nouvelle donne climatique, Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/frontier/FrontDoc5.htm

Déroulement de la séquence
Séance 1 : Situer la route du Nord à l’échelle mondiale et repérer les enjeux économiques
Objectif : Emettre des hypothèses sur les enjeux de l’ouverture potentielle d’une route commerciale dans l’océan Arctique.
Situation d’apprentissage : En binômes, les élèves choisissent l’itinéraire maritime qui leur paraît le plus pertinent pour relier Shanghai à Rotterdam.
Mise en œuvre : (1 heure en classe).
1. Document d’accroche : reportage vidéo sur le porte-conteneur Bougainville (France 2, octobre 2015, 1’40) qui met en évidence l’importance accrue des routes maritimes dans le processus de mondialisation en cours. Il s’agit, à l’oral, de dégager quelques enjeux posés par cette stratégie de transport. On pourra aussi porter un regard critique sur le document (apologie du transport par porte-conteneur sans mettre en évidence les contraintes et limites).
2. En binômes, à partir d’une carte des voies maritimes majeures actuelles et d’un fond de carte où figurent les différentes contraintes des passages maritimes (caps, détroits, canaux), les élèves choisissent l’itinéraire maritime qui leur paraît le plus pertinent pour relier Shanghai à Rotterdam et le tracent sur leur fond de carte. Ils élaborent des stratégies d’acteurs.
3. Les élèves justifient oralement leur choix devant la classe.
4. On repère le passage du Nord-Ouest au cours de la réflexion : avec le réchauffement climatique, cette voie pourrait être plus utilisée. En effet, elle est plus courte et moins coûteuse en fioul. Les élèves sont amenés à émettre des hypothèses sur les perspectives que cette nouvelle route pourrait ouvrir pour le transport de marchandises.
5. On complète la première partie du tableau de synthèse « pas-à-pas » (échelle mondiale).

Séance 2 : Les enjeux de la route du Nord à l’échelle régionale
Echelle méso (enjeux géopolitiques, économiques, environnementaux…).
Objectif : Réaliser une légende de croquis simple (« centré » sur le passage du Nord-Ouest).
Situation d’apprentissage : binômes en charge d’une partie de la légende (un enjeu spécifique pour chacun) à partir d’un questionnaire sur un corpus large. Les élèves peuvent être placés devant un ordinateur (ou une tablette quand la classe en est pourvue) en salle informatique (accès au corpus documentaire via « Prezi », par exemple), mais répondent aux questions sur la fiche papier distribuée. Nécessité de différenciation.
Mise en œuvre : (2 heures en classe + devoir maison).
1. Chaque binôme a en charge une partie de la légende et propose deux ou trois figurés et les intitulés attachés pour chaque sous-partie de la légende.
2. Les titres des 3 parties de la légende ne sont pas donnés au départ, mais doivent être déterminés par la classe à l’issue de la restitution orale au tableau par les groupes de travail.
3. On complète le tableau de synthèse « pas-à-pas » (échelle méso).
4. Croquis à réaliser à la maison à partir de la légende et des documents.

Séance 3 : L’impact de la route sur les modes de vie et l’environnement.
Les Inuits / échelle locale

Objectif : Elaborer un questionnaire sur un document attribué.
Situation d’apprentissage : Travail de groupes. Chaque groupe travaille sur un document différent.
Mise en œuvre : 1 heure en classe.
1. En groupes, les élèves élaborent un court questionnaire sur un document attribué.
2. Les groupes échangent leur questionnaire afin de permettre aux autres groupes de découvrir les concepts contenus dans le document. Les élèves tentent de répondre au questionnaire d’un autre groupe.
3. On complète la dernière partie du tableau de synthèse « pas-à-pas » (échelle locale).

Séance 4 : synthèse
Objectif : Réaliser un schéma de synthèse en commun reprenant tous les enjeux en mettant en évidence les différentes échelles et acteurs concernés pour chaque enjeu.
Situation d’apprentissage : En îlots (3-4 élèves), à partir de l’ensemble de la réflexion précédente. Chaque groupe réalise son schéma. L’enseignant guide le travail et valide les choix de chaque groupe au fur et à mesure.
Mise en œuvre : 1 heure en classe.

Évaluation possible
Rédiger un texte explicatif (réponse argumentée) à partir du schéma.

Documents de travail

  • Le tableau de synthèse à remplir « pas-à-pas » au fil des séances.
  • Le fond de carte préparé de la première séance.

Des liens possibles pour construire les ensembles documentaires
- (12/12/2017), https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/larctique-vers-un-degel-des-tensions-politiques.
- (20/08/2016), http://www.rfi.fr/ameriques/20160820-arctique-fonte-glaces-rechauffement-climatique-passage-nord-ouest-nasa.
- Grenier, A. (mis en ligne le 19 novembre 2018 et consulté le 17 juillet 2019), « Le décloisonnement du passage du Nord-Ouest », http://journals.openedition.org/ideas/3313.

 

Fil twitter de @@HGCreteil