Histoire-géographie et EMC

L’Abibac

04 / 05 / 2020 | Webmestre HG

Le logo Abibac a été développé par les élèves du lycée Georges-Clémenceau de Montpellier et du Wentzinger Gymnasium de Freiburg, à l’issue d’un concours organisé lors de l’année franco-allemande en 2013.

Les sections Abibac permettent aux élèves français et allemands de préparer à la fois le baccalauréat et la Allgemeine Hochschulreife allemande (Abitur) à partir de la classe de seconde en France et de la Gymnasiale Oberstufe en Allemagne. La délivrance simultanée du baccalauréat français et de la Allgemeine Hochschulreife allemande (Abitur), communément appelée « Abibac » a été créée par l’accord intergouvernemental franco-allemand du 31 mai 1994. La coordination de ce dispositif relève de la compétence de la commission franco-allemande des experts pour l’enseignement général. L’Abibac est préparé dans les sections binationales "Abibac".
L’Allemagne et la France ont établi un parcours de formation mixte pour les établissements scolaires français et allemands qui préparent à l’obtention de ces deux diplômes. Les lycéens préparant l’Abibac suivent les programmes nationaux français, sauf en allemand et en histoire-géographie, disciplines à programmes spécifiques pour ce cursus. Deux disciplines sont enseignées dans la langue du pays partenaire : la langue et la littérature et au moins une discipline non linguistique (DNL) qui est l’histoire. Les élèves doivent atteindre au moins le niveau B2 du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues), aussi bien en français qu’en allemand.

Les établissements préparant à l’AbiBac
Conçus dans le cadre de la coopération franco-allemande en 1987, ces établissements possèdent des sections bilingues à profil franco-allemand fondées sur le jumelage d’un établissement français et d’un établissement allemand et sur la conception commune de projets qui trouvent leur réalisation au cours de contacts réguliers et d’échanges.
Ils dispensent à partir de la classe de seconde une formation qui prépare à la double délivrance du baccalauréat général et de l’Abitur (AbiBac). Ce dispositif s’adresse, de part et d’autre, aux élèves ayant un bon niveau dans la langue du partenaire. Le programme de relance de l’allemand en France et du français en Allemagne prévoit l’extension de ce dispositif à toutes les académies et à tous les Länder.

Deux sections Abibac dans l’académie de Créteil :

Le cursus en section Abibac
L’admission se fait en classe de seconde. Les élèves français suivent l’ensemble des enseignements, à l’exception de l’histoire -géographie, matière pour laquelle l’enseignement est de 4 heures hebdomadaires, dispensé en allemand. Ils suivent également un enseignement de 3 heures hebdomadaires de littérature allemande, en allemand. Les élèves allemands suivent l’enseignement en vigueur dans le Land où ils sont scolarisés, plus un enseignement d’histoire-géographie et de littérature française, en français.

Les programmes d’histoire et de géographie
Les programmes d’histoire-géographie et de littérature sont définis en commun par les autorités compétentes des deux pays.
Cliquez ci-dessous pour accéder aux programmes :

Le diplôme
À l’examen, les candidats français présentent toutes les épreuves du baccalauréat de leur série, à l’exception de l’histoire et de la géographie qui font chacune l’objet d’une épreuve écrite en langue allemande. La note est prise en compte pour la délivrance du baccalauréat et de l’Abitur. Ils passent en plus une épreuve de littérature allemande, en langue allemande, qui n’est prise en compte que pour la délivrance de l’Abitur.
Pour obtenir la double délivrance, il est nécessaire d’avoir la moyenne dans l’ensemble des matières présentées dans le cadre du Baccalauréat et la moyenne dans les épreuves spécifiques (histoire-géographie et littérature).

L’AbiBac donne accès de plein droit aux universités allemandes et françaises.
Les épreuves d’histoire-géographie au baccalauréat : Bulletin officiel n°24 du 6 juillet 2017

L’épreuve écrite d’histoire-géographie pour la double délivrance du baccalauréat et de la Allgemeine Hochschulreife porte sur le programme d’enseignement spécifique au dispositif Abibac de la classe terminale. Elle est rédigée en allemand.

Épreuve écrite
Durée : 5 heures
Coefficient : celui de l’épreuve obligatoire d’histoire-géographie de la série du candidat

a) Les objectifs de l’épreuve
L’épreuve d’histoire-géographie du baccalauréat a pour objectif d’évaluer l’aptitude du candidat à mobiliser les savoirs et les notions des programmes, qui sont des connaissances fondamentales pour la compréhension du monde contemporain et la formation civique et culturelle du citoyen.
Elle permet aussi d’évaluer les compétences acquises tout au long de la scolarité secondaire, en particulier la capacité du candidat à traiter et hiérarchiser des informations, à développer un raisonnement historique ou géographique, selon les formes d’exposition écrites ou graphiques proposées par les différentes parties de l’épreuve.
En cela, l’épreuve d’histoire-géographie concourt également à apprécier la qualité de l’expression écrite du candidat, ainsi que la maîtrise de son jugement par l’exercice critique de lecture, d’analyse et d’interprétation de documents de sources et de natures diverses.

b) La structure de l’épreuve
L’épreuve comprend deux parties, l’une portant sur l’histoire et l’autre sur la géographie.
Dans la première partie, le candidat rédige une composition en réponse à un sujet d’histoire ou de géographie.
La deuxième partie, évaluée et notée exclusivement dans le cadre de l’obtention du baccalauréat, se compose d’un exercice portant sur la discipline qui ne fait pas l’objet de la composition :
- en histoire, une étude critique d’un ou de deux document(s) ;
- en géographie, soit une étude critique d’un ou de deux document(s), soit une production graphique (réalisation d’un croquis ou d’un schéma d’organisation spatiale d’un territoire).
L’utilisation du temps imparti à l’épreuve est laissée à la liberté du candidat.
En histoire comme en géographie, les sujets portent sur un ou plusieurs thèmes ou questions géographiques du programme d’enseignement. En histoire, les sujets doivent privilégier une période large mais ils peuvent porter aussi sur un tableau à un moment de l’évolution historique.
Si un sujet ne portant que sur les dix dernières années est exclu, des sujets envisageant une période plus large, allant jusqu’à nos jours, sont possibles.
En histoire comme en géographie, les productions graphiques (schéma(s), etc.) que le candidat peut réaliser à l’appui de son raisonnement, en fonction du sujet et de ses choix, sont valorisées.

c) La nature des épreuves

1. La composition
Le candidat traite un sujet au choix parmi deux proposés dans la même discipline.
Pour traiter le sujet choisi, en histoire comme en géographie :
- il montre qu’il sait analyser un sujet, qu’il maîtrise les connaissances nécessaires et qu’il sait les organiser ;
- il rédige un texte comportant une introduction (dégageant les enjeux du sujet et comportant une problématique), plusieurs parties structurées et une conclusion ;
- il peut y intégrer une (ou des) productions(s) graphique(s).
Le libellé du sujet peut prendre des formes diverses : reprise partielle ou totale d’intitulés du programme, question ou affirmation ; la problématique peut être explicite ou non.

2. L’étude critique de document(s) ou production graphique (réalisation d’un croquis ou d’un schéma d’organisation spatiale d’un territoire)
L’exercice d’étude critique de document(s), en histoire comme en géographie, comporte un titre, un ou deux document(s) et, si nécessaire, des notes explicatives. Il est accompagné d’une consigne visant à orienter le travail du candidat.
En géographie, un exercice d’un autre type peut être proposé : la réalisation d’un croquis ou d’un schéma d’organisation spatiale d’un territoire.

2.1 En histoire, l’étude critique d’un ou de deux document(s)
Cette étude doit permettre au candidat de rendre compte du contenu du ou des document(s) proposé(s) et d’en dégager ce qu’il(s) apporte(nt) à la compréhension des situations, des phénomènes ou des processus historiques évoqués.
Le candidat doit mettre en œuvre les démarches de l’étude de document en histoire :
- en dégageant le sens général du ou des document(s) en relation avec la question historique à laquelle il(s) se rapporte(nt) ;
- en montrant l’intérêt et les limites éventuelles du ou des document(s) pour la compréhension de cette question historique et en prenant la distance critique nécessaire ;
- en montrant, le cas échéant, l’intérêt de la confrontation des documents.

2.2 En géographie deux types d’exercices peuvent être proposés
- soit l’étude critique d’un ou de deux document(s) ; cette étude doit permettre au candidat de rendre compte du contenu du ou des document(s) proposé(s) et d’en dégager ce qu’il(s) apporte(nt) à la compréhension des situations, des phénomènes ou des processus géographiques évoqués.
Le candidat doit mettre en œuvre les démarches de l’étude de document(s) en géographie :

  • en dégageant le sens général du ou des document(s) en relation avec l’objet géographique auquel il(s) se rapporte(nt) ;
  • en faisant apparaître les enjeux spatiaux qu’il(s) exprime(nt) et la manière dont il(s) en rend(ent) compte ;
  • en montrant l’intérêt et les limites éventuelles du ou des document(s) pour la compréhension de cette question géographique et en prenant la distance critique nécessaire ;
  • en montrant, le cas échéant, l’intérêt de la confrontation des documents.
    - soit la réalisation d’un croquis ou d’un schéma d’organisation spatiale d’un territoire en réponse à un sujet ; pour la réalisation d’un croquis, un fond de carte est fourni au candidat.

d) La notation

En vue de la délivrance du baccalauréat :
En vue de la délivrance du baccalauréat, l’épreuve est notée sur 20. L’évaluation de la copie du candidat est globale et doit utiliser tout l’éventail des notes de 0 à 20.

En vue de la délivrance de l’Abitur :
En vue de la délivrance de l’Abitur, seule la première partie d’épreuve écrite terminale, la composition, qu’elle soit d’histoire ou de géographie, est évaluée et notée sur 20.
Une seconde note sur 20 est le résultat du calcul de la moyenne de 2 notes obtenues, dans le cadre d’un contrôle continu, dans la discipline autre que celle qui a fait l’objet de l’épreuve de composition et portant uniquement sur les exercices de la deuxième partie (étude critique d’un ou deux documents en histoire et en géographie, croquis en géographie).
L’organisation de ce contrôle continu est placée sous la responsabilité du chef d’établissement qui s’assure :
- que les élèves de classe terminale passent au moins 2 secondes parties d’épreuve dans chacune des disciplines évaluées ;
- que les élèves sont avertis suffisamment en amont de l’organisation de ces parties d’épreuve comptant pour le contrôle continu ;
- que les notes à ces contrôles sont conservées jusqu’à la délibération du jury présidé par le représentant de l’autorité allemande ;
- que les sujets sur lesquels ont été interrogés les élèves lors de ces contrôles continus sont mis à disposition du jury présidé par le représentant de l’autorité allemande.
Grille de conversion des notes entre le système français et le système allemand : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000027331782&cidTexte=LEGITEXT000022301309

e) L’évaluation

1. Critères d’évaluation en vue de la délivrance du baccalauréat
L’épreuve d’histoire-géographie évalue l’aptitude du candidat à :
- mobiliser, au service d’une réflexion historique et géographique, les connaissances fondamentales pour la compréhension du monde et la formation civique et culturelle du citoyen ;
- exploiter, hiérarchiser et mettre en relation des informations ;
- analyser et interpréter des documents de sources et de natures diverses ;
- rédiger des réponses construites et argumentées, montrant une maîtrise correcte de la langue ;
- comprendre, interpréter et pratiquer différents langages graphiques.

2. Les critères d’évaluation en vue de la délivrance de l’Abitur
Le correcteur articule son évaluation autour des trois critères suivants :
- les connaissances ;
- la méthode ;
- la réflexion.
Le correcteur rédige un protocole de correction par candidat, selon le modèle figurant en annexe de la présente note de service. Ce protocole est une fiche d’évaluation qui permet d’expliciter la notation selon les critères d’obtention de l’Abitur susmentionnés. Le correcteur veille à compléter la fiche de manière détaillée. En particulier, il donne une appréciation pour chacun des critères.
L’usage d’un dictionnaire allemand monolingue est autorisé. Les mots ou expressions qui seraient jugés techniques ou difficiles sont expliqués dans le sujet. L’usage des calculatrices électroniques est interdit.

f) L’épreuve orale de contrôle
Lors de l’épreuve orale de contrôle, les candidats sont interrogés sur les mêmes programmes d’histoire et de géographie que lors de l’épreuve écrite du premier groupe du baccalauréat présenté dans le cadre du dispositif Abibac. L’épreuve se déroule, au choix du candidat, soit en langue française, soit en langue allemande.

Textes de référence :

 

La DANE de Créteil vous accompagne à distance