Accueil > Archives HGC > [archives] Colloques et festivals > [archives] FIG > Saint Dié 2001, Géographie de l’innovation > L’innovation et comportements humains, l’exemple de la transition (...)

L’innovation et comportements humains, l’exemple de la transition démographique

Pierre-Jean THUMERELLE, Université de Lille

lundi 15 juillet 2002

 Intervenant

Pierre-Jean THUMERELLE, Université de Lille

 Contenus

Le sujet est difficile car, quand on pense innovation, ce sont des innovations techniques qui viennent à l’esprit. La carte est par ailleurs devenue essentielle or l’innovation se prête mal à la cartographie. Toutefois, une innovation a un foyer à partir duquel elle se diffuse : le géographe suit cette diffusion. Cependant Si celle-ci est facile à suivre pour un produit, elle l’est moins pour un phénomène lié aux comportements, aux mœurs ll faut recourir à des indicateurs telle l’espérance de vie. Voyons donc l’exemple démographique.

Une série d’innovations a changé les comportements humains comme jamais auparavant.Ici on travaille sur un espace vaste, un temps long. L’échelle des grands changements, c’est celle d’une génération. La transition démographique rassemble un faisceau de changements. Elle est sans précédent historique Elle désigne une phase transitoire entre deux régimes démographiques. Le premier, traditionnel, a duré jusque vers 1800. La mortalité y est très forte, la natalité très élevée. La croissance est faible même Si elle existe. Au XVIII ème, changement : on sait mieux nourrir les hommes et ce d’abord en Europe où les rendements augmentent. Il y a là un ensemble d’innovations. Le second régime démographique, c’est le nôtre, où on contrôle à la fois très fortement la mortalité et la fécondité, avec un décalage dans le temps entre les deux. La France est le pays pionnier dans le monde pour la limitation des naissances. Celle-ci y existe depuis plus longtemps qu ’ailleurs. La France n’a presque pas connu la transition démographique elle-même.

La chute de la mortalité a été très irrégulière sur la Terre. D’abord visible en Europe elle a touché le monde dans les années 1950 avec les vaccinations par exemple. Désormais, la mortalité infantile a chuté en dessous de la moitié du taux de mortalité générale un peu partout. La nouveauté de ces dernières années est le recul de la mortalité aux grands âges. Auparavant, la mortalité d’origine exogène avait reculé. La nouveauté depuis 25 ans est le recul de la mortalité d’origine endogène, telles les maladies cardio-vasculaires. D’où le vieillissement de la population, qui ne résulte pas ainsi seulement de la baisse de la fécondité. Toutefois seuls les pays les plus développés connaissent ces résultats. Le sida a fait reculer l’espérance de vie en Afrique (moins de 30 ans au Zimbabwe). La fécondité, elle a innové. ll n’y a pas de précédent historique de 7,8 enfants vivant tous, ensemble comme à Gaza aujourd’hui. Toutefois la chute de la fécondité est générale dans les Tiers mondes.

 Point de vue de l’auditeur

Une conférence très intéressante même si elle n’apporte pas beaucoup d’éléments nouveaux.

 Auteur de l’article

Christian Hocq, académie de Versailles

Académie de Créteil | motorisé par SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0