Histoire-Géographie

  Accueil > Archives > Numérique-archives > Numérique et géographie > Les rives du lac d’Annecy, lecture de paysage

Les rives du lac d’Annecy, lecture de paysage

28 / 03 / 2005 | Lamotte Alain
fiche professeur

Objectifs

Contenu

- Proposer une étude de cas permettant de réfléchir sur les facteurs de répartition du peuplement et de l’organisation d’un territoire.

- Inscrire la géographie dans une démarche de questionnement et de raisonnement.

Méthode

- Observer un paysage de façon ordonnée.
- Initier à la technique du croquis.
- Formaliser un raisonnement au moyen d’un organigramme.

Intérêt de l’outil " ordinateur-vidéoprojecteur "

- Le vidéo projecteur : la projection en grand format favorise l’attention des élèves ainsi qu’une certaine précision dans l’observation et l’exploitation du paysage

- L’animation « PowerPoint » (ou tout autre logiciel de présentation) :

la fonction d’insertion successive des objets s’avère particulièrement utile pour guider une observation, structurer une réflexion. Pour l’élaboration d’un croquis, on apprend par ce biais à toujours associer point par point l’identification, la représentation et la légende ;

la fonction des « liens hypertexte » permet une navigation qui nous affranchit d’une utilisation purement linéaire du document. On peut ainsi rechercher une indication (localisation, texte de loi, etc...) sans interrompre la logique d’enchaînement des diapositives.

Situation pédagogique

Niveau
Lycée, classe de IIde

(c’est aussi envisageable en classe de 1ère pour les chapitres suivants : partie III, « peuplement et répartition de la population » ou « disparités spatiales et aménagement du territoire »)

Intégration dans le programme

Classe de IInde chapitre « 6 milliards d’hommes », thème de « l’inégale répartition des hommes »

Placée en début d’année de IInde, cette étude de cas permet de s’initier au raisonnement géographique : on saisit le peuplement dans une démarche d’observation puis de questionnement.

L’organigramme de synthèse permet de montrer qu’une réalité géographique ne se limite pas à une démarche descriptive ni à des explications trop exclusives ou déterministes (ex du rapport entre conditions naturelles et peuplement)

L’étude de cas engage plusieurs notions de base définies dans le programme de IInde :

-  paysages  ». On remarque que les traditionnelles distinctions entre paysages urbains, touristiques, de montagne (cf classe de 6ème) ne sont plus de mise : dans l’image proposée, tout est mêlé. On sort donc des « types » de paysage pour rentrer de plain pied dans un territoire où les réalités géographiques s’entrecroisent et se superposent.

-  « contraintes ». Ici, le rôle du relief. On soulignera que la contrainte ne se résume pas à une idée simplificatrice d’impossibilité de peuplement ; elle a une fonction dans l’organisation de l’espace et peut en même temps s’avérer être un atout majeur (fonction panoramique).

-  « pôles ». Ici le rôle d’un pôle urbain comme facteur d’organisation de l’espace et de répartition du peuplement ; à ce titre, l’étude de cas peut être mise en relation avec le chapitre sur les dynamiques urbaines.

- «  discontinuités  ». Entre vides et pleins, elles donnent lieu à des observations attentives et provoquent un questionnement géographique : sont-elles naturelles, spontanées, consenties, préservées ?

-  « les acteurs spatiaux »  : en relation étroite avec l’aménagement du territoire, cette notion introduit une dimension non observable dans la lecture d’un paysage et nous convainc qu’ un paysage ne dit jamais tout. Il faut donc dresser des hypothèses et chercher à les vérifier auprès des acteurs supposés (collectivités territoriales, organismes chargés de l’aménagement- ici le Conservatoire du littoral ; l’Internet s’avère dans ce cas très utile !).

Temps passé

En mode magistral, la séance peut se limiter à une heure.
En mode d’interactivité et de travail en salle informatique, on pourrait rajouter une à deux séances.

Modalités d’organisation

2 options possibles

  • Le cours du professeur : salle de classe habituelle, un ordinateur, un vidéo projecteur, un écran.

ou

  • le travail des élèves en salle informatique :
    • après mise en réseau de l’image de référence (+ localisation), les élèves pourraient proposer des délimitations sur le paysage à partir du mode d’insertion d’objets divers (traits, ellipses, formes libres, etc...)
    • il est aussi possible de prédéfinir des délimitations et demander aux élèves de les identifier (ex : nature des densités de peuplement ; travail de légende)
    • une recherche Internet sur des sites appropriés donnerait l’occasion de vérifier des hypothèses émises à propos des discontinuités du peuplement. ( loi Littoral, Conservatoire du littoral)
    • enfin pourquoi ne pas suggérer en guise de synthèse un essai d’organigramme récapitulant les principaux facteurs de peuplement ?

Logiciel utilisé

Logiciel Powerpoint, pour la réalisation du diaporama, et pour sa projection, la visionneuse powerpoint. N’hésitez pas à consulter notre article sur Les visionneuses.

Aspects techniques

Si l’on utilise le produit fini, cliquer suffit.
Pour travailler en salle informatique, il faut savoir maîtriser les fonctions de base de PowerPoint pour venir en aide aux élèves.

Aspects éditoriaux

L’image de référence a été prise sur le site http://francefromtheair.free.fr/. Nous remercions Claude Choisel pour son aimable autorisation d’utiliser la photo dont il est l’auteur à des fins pédagogiques. Adresse de son site personnel : http://lesiohc.net/.

PowerPoint : Microsoft, compris dans la suite bureautique Microsoft Office.
On peut concevoir le même produit à partir de la suite Open office, libre de tout droit.

Auteur de la fiche

Alain Lamotte, lycée MLKing, Bussy St Georges.

Post Scriptum :

Proposer une étude de cas permettant de réfléchir sur les facteurs de répartition du peuplement et de l’organisation d’un territoire.