Histoire-Géographie

mini-glossaire pour Géo-Lecture

24 / 04 / 2005

Le parti-pris de ce « mini glossaire » est la simplicité. Nous nous sommes inspiré de diverses
ressources en ligne, en particulier de celles de l’Institut Géographique National.

Base de données ortho
La BD ORTHO® est un assemblage d’images orthophotographiques réalisé par l’IGN sur
l’ensemble du territoire français. Ces images matricielles (composées de pixels) sont
géoréférencées, et donc superposables ou juxtaposables à d’autres documents cartographiques
dans le cadre d’un système d’information géographique (SIG).

Carte scannée
Image matricielle (composée de pixels) reproduisant par scannage une carte papier. Elle est
géoréférencée, et peut donc être superposée ou assemblée à d’autres dans le cadre d’un
système d’information géographique.

Croquis
GéoLecture dispose d’un outil de dessin simple permettant de réaliser, par dessus l’image
affichée dans la fenêtre, un croquis composé d’objets vectoriels (lignes, surfaces) et de
quelques symboles raster. Ce croquis est associé à une légende, et peut être sauvegardé,
superposé à d’autres images, ou exporté.
Pour réaliser un croquis complexe comportant plusieurs thèmes, il est recommandé de
produire un croquis pour chaque thème. GéoLecture ne gère pas la superposition des objets
dans un seul croquis !

Données matricielles
L’image est divisée de manière régulière en petits rectangles appelés pixels. A cette image
correspond une matrice de nombres. Chacun de ces nombres attribue à un pixel sa couleur.
Plus la portion de territoire représentée par un pixel est petite, plus la résolution de l’image est
grande.

Données vectorielles
L’espace est décrit par des objets avec leur forme, sous forme de points, lignes et surfaces.
Chaque objet peut-être individualisé et associé à des attributs, par exemple des informations
(nom, nature, altitude, population, etc.). Les données vectorielles prennent moins de place que
les données matricielles.
Ci-dessus : l’orthophotographie
à gauche et la
carte scannée à droite
sont des images
matricielles. On observe
la meilleure définition
(pixels plus petits) de la
première. L’image du
centre est tirée d’une
base de données
vectorielles (« enceintes
et bâtiments »)

Géoréférencer, géoréférencement
Action qui consiste à rattacher un objet graphique à des coordonnées géographiques (latitude,
longitude, altitude). C’est ce qui permet la superposition et la juxtaposition d’images
différentes.

Métadonnées
Ici, il s’agit des informations (emprise, précision géométrique..) caractérisant une base de
données vectorielles.

Orthophotographie
Image photographique sur laquelle ont été corrigées les déformations dues aux angles de prise
de vue et au relief. L’orthophotographie est géoréférencée. L’assemblage de plusieurs
orthophotographies forme un orthophotoplan

Orthophotoplan
Assemblage de plusieurs orthophotographies. Les couleurs sont homogénéisées pour rendre
indiscernables les raccords entre les orthophotographies.

Panoramique
Dans GéoLecture, outil qui permet de déplacer, sans changer d’échelle, la fenêtre de
visualisation sur l’image représentée.

Raster
Mode de représentation des images sous forme matricielle. L’espace est divisé en rectangles
réguliers appelés pixels. La taille du pixel infère la résolution de l’image.
Le raster est facile d’usage, et se prête bien à certains traitements numériques (chaque pixel est
associé à une valeur). Mais il manque de précision à grande échelle, constitué des bases de
données volumineuses.

Scanner
Terme d’origine anglaise, scanner consiste à parcourir un ensemble de données, pour lui faire
subir un traitement (cf le « scan disk » de votre ordinateur). Scanner une carte papier consiste
à la balayer avec un instrument optique pour pouvoir ensuite l’enregistrer sous forme de
valeurs dans une matrice, et la restituer sous forme d’image matricielle (raster).
On appelle scan une image cartographique obtenue par ce procédé. L’image peut ensuite être
géoréférencée pour être utilisée par un système d’information géographique.

SIG (système d’information géographique)
Définition du FICCDC (Etats-Unis, 1988) : « un "système informatique de matériels, de
logiciels, et de processus conçus pour permettre la collecte, la gestion, la manipulation,
l’analyse, la modélisation et l’affichage de données à référence spatiale afin de résoudre des
problèmes complexes d’aménagement et de gestion ». GéoLecture est un SIG simplifié à usage
pédagogique.

Toponyme
Littéralement, un « nom de lieu ». C’est le nom propre attribué à une entité géographique.
Absent des orthophotographies, les toponymes sont présents sous forme visible sur les cartes
scannées, et sous forme d’attributs d’objets dans les bases de données vectorielles.

X, Y, Z
Axes sur lesquels se mesurent les coordonnées de chaque point des images représentées par
GéoLecture.
GéoLecture permet également un affichage en latitude et longitude (degrés, minutes, secondes)
par rapport au méridien de Greenwich et en coordonnées rectangulaires en mètres ou
kilomètres.

 

Fil twitter de @HGCreteil

  • 14 décembre 2017

    Les musées du Vatican en ligne -  I musei Vaticani in rete | @scoopit lien
  • 15 décembre 2017

    #CeJourLa 15 dec 1809 : Napoléon Ier divorce de Joséphine de Beauharnais. lien
  • "C’est quoi les médias ?" Nouvelle vidéo de notre partenaire @1jour1actu. Pour aider les plus jeunes à comprendre le fonctionnement des médias et leur apprendre à décrypter l'actualité. #ÉducMédiasInfo lien
  • Parution de notre #atlas du dossier #Japon en 28 cartes et 13 graphiques → lien — Libres de droits pour l'usage pédagogique dans la classe.pic.twitter.com/JbsGHtqOG0
  • De Venise à Beijing, 4 mois d'enquête et 23000kms pour regarder 16 projets BRI dans 16 pays et savoir où en est la "Nouvelle route de la soie". Un reportage qui intéressera les professeurs et tous ceux qui se posent la question # géopolitique #geographyteacher #geographie lien
0 | 5 | 10 | 15