Histoire-Géographie

  Accueil > Archives > Numérique-archives > Numérique et géographie > Découvrir le territoire d’une Ville Nouvelle, Marne la Vallée. Un exemple (...)

Découvrir le territoire d’une Ville Nouvelle, Marne la Vallée. Un exemple d’utilisation de l’orthophotographie à plusieurs échelles.

14 / 03 / 2006

La représentation que nous donnons couramment à nos élèves des Villes Nouvelles relève le plus souvent de cartes traditionnelles sur l’aménagement du territoire de la région Ile de France (manuel, carte murale).

Des délimitations sont fixées, admises, mais il n’est pas inintéressant de se demander dans quelles mesures elles sont identifiables à travers une image satellitale, sans l’intervention du cartographe.

Cette interrogation constitue un moyen d’aborder l’orthophotographie de l’Ile de France mise en ligne par l’IAURIF.

Précision sur l’orthophotographie (extrait du site de l’IAURIF) : « L’orthophoto 2003 présente une image de la région Île de France prise durant l’été 2003. Une orthophotographie est une image photographique rectifiée ou "corrigée". Ainsi, elle corrige des distorsions introduites par les paramètres de prise de vue et par les irrégularités topographiques (le relief). On peut ainsi la superposer à une carte et y prendre par exemple des mesures. Cette image photographique est une représentation très riche en informations brutes. »

Une étude de cas : pour quels programmes et quelle progression ?

Classe de IIde : chapitre des "dynamiques urbaines et environnement urbain".
Classe de 1ère : "étude régionale" et/ou "disparités spatiales et aménagement des territoires".

Dans les deux cas, cette étude pourrait constituer une amorce pour l’un des chapitres mentionnés.

Retenons l’hypothèse d’une étude régionale (Ile de France) sous l’angle des disparités spatiales d’une métrople.

Il s’agit en effet de montrer comment la croissance d’une agglomération provoque des déséquilibres que l’on cherche à corriger ou prévenir par des opérations d’aménagement du territoire.
A cet égard, la Ville Nouvelle s’impose comme un champ d’observation privilégié.

Cette étude de cas précédée d’une mise au point sur les Villes Nouvelles pourrait être complétée par des analyses de paysages à plus grande échelle et suivie d’une réflexion sur le jeu complexe des acteurs spatiaux (Etats, collectivités locales). Elle aboutirait à un aperçu général sur l’organisation régionale de l’Ile de France mettant en valeur les principaux enjeux d’aménagements du territoire.

Aperçu de la progression suggérée

Chapitre "Etude régionale"
(cf programmes L/ES IV.1 ; S I.3)

Ile de France : les défis de la croissance d’une métropole au coeur des enjeux régionaux.

Intr. 1er aperçu de l’espace régional : un territoire à majorité rurale mais dominé par l’extension d’une mégapole.

1 Etude de cas : une Ville Nouvelle à la périphérie de l’agglomération parisienne (Marne La Vallée)

- La VN, enjeu d’aménagement du territoire dans l’organisation régionale

Découvrir la VN à travers l’orthophoto

- Des paysages révélateurs d’aménagement des territoires.

2 Contextualisation "L’aménagement de l’espace régional : les grands enjeux"

Croquis de synthèse.

Outils et configuration

Logiciel de présentation (pwpt) et vidéoprojecteur. A utiliser en configuration classique (professeur devant élèves) ; le produit se prête volontiers aux interventions des élèves.

Descriptif : 3 étapes pour 3 changements d’échelle

a) 1ère étape : une Ville Nouvelle...mais où est-elle ?

Au sein de l’espace régional, on cible dans un premier temps l’échelle de l’agglomération (moitié Est) et de sa
périphérie. L’image est vidéoprojetée avec quelques repères pour permettre aux élèves de tenter de distinguer
l’espace de la Ville Nouvelle.
On s’attend à distinguer un espace urbain nettement détaché de l’agglomération parisienne comme l’appellation
même de Ville Nouvelle le laisse supposer. Les élèves se trouvent alors embarrassés car Marne la Vallée ne
répond pas à ces critères courants. (La ville de Meaux est souvent désignée -à tort mais logiquement- par les
élèves).
Ces hésitations sont toutefois le signe d’une première appropriation de ce type de document : des formes ont été
identifiées et interprétées (répartition des espaces agglomérés).
Sur ces bases, le professeur indique à ce moment la localisation de l’espace étudié à travers quelques
éléments de la morphologie de l’agglomération parisienne.
Néanmoins, l’échelle ne s’avère pas encore assez grande pour bien aborder les réalités concrètes du territoire.
Des perceptions plus détaillées sont ainsi nécessaires.

b) 2ème étape : le rôle des infrastructures dans l’organisation de l’espace urbain

Une première approche fait apparaître l’empreinte des lignes de transports.
Elles s’inscrivent dans le territoire urbain et l’organisent.
A ce titre, l’autoroute A4 (de l’Est) et la ligne A du RER s’imposent comme des colonnes vertébrales de l’espace urbanisé
sur la rive gauche de la Marne .
Ceci permet de mettre en étroite relation les infrastructures et la dynamique d’urbanisation.
On donne ainsi à la Ville Nouvelle une première configuration par le croquis.

c) 3ème étape : la discontinuité des espaces agglomérés

Une nouvelle approche permet de mieux distinguer les formes de la ville.
Les élèves observent assez facilement que les espaces agglomérés au sein de Marne la Vallée forment une trame
discontinue
.
On sort ainsi du modèle classique d’une croissance d’agglomération en tâche d’huile ; cette configuration urbaine est donc étroitement associée à une politique d’aménagement du territoire.
Les coupures d’urbanisation s’affirment alors comme un concept majeur de l’urbanisme propre aux Villes Nouvelles.
Un nouveau croquis est proposé pour formaliser ce qui a été observé.

Cette séquence peut être une invitation à explorer davantage le territoire étudié, à travers des analyses de paysages ou
en exploitant le MOS (Mode d’Occupation des Sols) mis en ligne par l’IAURIF.

Voir l’animation

orthophoto et Ville Nouvelle

Paysages de coupures d’urbanisation

Auteur de l’article

Alain Lamotte