Histoire-Géographie

  Accueil > Archives > Géographie > L’entreprise Renault

L’entreprise Renault

27 / 04 / 2006
Thème 3 : Dynamiques de localisation des activités en France

Volume horaire :

Huit à dix heures pour l’ensemble du thème (question et sujet d’étude).
Dans ce volume, on propose de consacrer trois heures au sujet d’étude.

Indications officielles

concernant le sujet d’étude de ce thème (BOEN hors-série du 1er septembre 2005) :

« L’étude plus approfondie d’un secteur économique s’appuie sur une filière de production. En complément au programme d’économie, cette approche permet de placer l’entreprise dans son contexte territorial, de montrer le jeu des acteurs économiques, leurs stratégies d’implantation et de production aux différentes échelles (depuis celui du lieu de l’activité ou de l’unité de production jusqu’aux échelles européenne ou mondiale). Cette étude intègre les enjeux environnementaux. »

Thème et problématique du sujet d’étude :

Comment l’entreprise Renault choisit-elle l’implantation de ces différents établissements ?

Place du sujet d’étude dans le chapitre :

Sujet d’étude utilisé en introduction du chapitre puis en tant qu’exemple tout au long du chapitre

Production attendue des élèves :

- les élèves doivent produire une affiche (qui sera notée) présentant la production d’un établissement Renault, son site, et les contraintes et ressources de ce site.
- ce support a été retenu car il permet une mutualisation facile du résultat des recherches des élèves, parce qu’il laisse une certaine place à la créativité des élèves et enfin parce que son format réduit oblige les élèves à ne retenir que les informations les plus pertinentes par rapport au sujet.

Préacquis :

- il s’agit essentiellement d’éléments acquis par les élèves dans d’autres disciplines, notamment en économie-droit (chapitres « L’activité économique et ses agents » , « L’entreprise et l’offre sur les marchés de produits », BOEN Hors-série n°1 du 12 février 2004). Dans l’étude qu’ils ont fait de l’entreprise dans cette discipline, les élèves ont en effet abordé la question de l’environnement de l’entreprise et comment celui influe sur la prise de décision de l’entreprise. C’est ce concept qu’on va retravailler et élargir dans le chapitre, tout en le décentrant néanmoins nettement car il s’agit d’une analyse géographique : le but n’est plus comme en économie-droit de comprendre le fonctionnement de l’entreprise mais d’étudier le fonctionnement des territoires. On pourra aussi s’appuyer sur la compréhension qu’ont acquis les élèves dans cette discipline de la répartition des facteurs de production (facteur travail, facteur capital) pour expliquer certains choix de localisation de l’entreprise, favorisant la main-d’œuvre ou l’investissement.
- on peut éventuellement s’appuyer aussi sur le travail fait en histoire sur le sujet d’étude « Les mutations d’une filière économique » lié à la question « Diffusion et mutations du modèle industriel de l’Europe ». Il est en effet envisageable de travailler pour ce sujet d’étude la filière automobile, à partir de l’exemple de grandes entreprises : Renault là-encore (des outils sont disponibles à ce sujet dans le mallette pédagogique et sur le site internet de l’entreprise) mais aussi Citroën (à partir par exemple du livre autobiographique Travaux de Georges Navel).
- les notions de métropolisation et d’organisation du réseau de transports étudiées dans le thème précédent aideront les élèves à identifier certains facteurs de localisation.

Objectifs :

- identifier les principaux facteurs de localisation d’une entreprise industrielle
- montrer que les facteurs de localisation ne sont pas les mêmes selon l’activité de l’établissement
- montrer à partir d’exemples précis comment les facteurs de localisation sont déterminés à différentes échelles, du local au mondial
- faire apparaître les notions d’environnement et de développement durable qui deviennent très visibles dans ce nouveau programme
- faire comprendre aux élèves que sur un même sujet d’étude, l’entreprise, les regards peuvent être différents selon les disciplines. Pourquoi ne pas d’ailleurs monter des projets interdisciplinaires sur une entreprise ? Dans le cas de l’exemple proposé ici, Renault, il est possible de travailler assez facilement en économie-droit mais aussi en management, nouvelle discipline du baccalauréat STG, à partir de l’étude des unités de production créées par Renault sur le modèle toyotiste, les UET (Unités Elementaires de Travail). Une étude de cas proposée dans la mallette pédagogique Renault permet même d’aborder l’exemple de cette entreprise en commerce et comptabilité.

- favoriser l’autonomie et le travail en groupe des élèves (compétences précises développées dans la rubrique « évaluation »)
- travailler la prise de parole des élèves (compétences précises développées dans la rubrique « évaluation »)

Notions :

Ce sujet d’étude permettra d’introduire les principales notions identifiées par le programme pour ce thème : localisation, flux, acteurs spatiaux, contraintes, ressources.

Documents utilisés :

- la mallette pédagogique Renault réalisée en 2000 sous la direction de J.-M. Albertini : elle est plutôt destinée aux professeurs d’économie-droit et de SES. Mais un certain nombre d’éléments peuvent être utilisés en histoire-géographie, notamment un CD-ROM destiné aux élèves et un livret (pages 22 à 31 présentant l’organisation globale de l’entreprise).
- un des sites du groupe Renault (il en existe près d’une vingtaine) Renault.com (le site Renault.fr étant surtout centré sur la vente de véhicules). Au sein de ce site aux multiples rubriques, les pages présentant des fiches par sites dans la rubrique « développement durable » et la carte des sites de la rubrique « Renault dans le monde » se révèlent les plus utiles à l’activité.
- le site internet du groupe Dacia, filiale roumaine de Renault (daciagroup.com) qui propose notamment une présentation ludique de son usine de Pitesti susceptible de plaire à des adolescents (« infiltrez l’usine de Pitesti »).
- l’« Atlas Renault » édition septembre 2005, disponible auprès de l’entreprise ou sur le site Renault.com. Il ne s’agit pas d’un réel atlas mais plutôt d’un rapport d’activités simplifiée. Quelques cartes des sites de production et des informations localisées sont tout de même utiles à la réflexion géographique.
- des atlas afin d’obtenir des informations sur la situation de chaque établissement étudié (en particulier cartes des réseaux de transports et des réseaux urbains).

Activité proposée :

- le premier moment du travail, celui de la présentation de l’activité des élèves se situe en amont du chapitre (de l’ordre de trois semaines avant). En effet, il s’agit d’un travail de groupe en autonomie, même s’il est guidé et on attend donc des élèves qu’ils réalisent une partie de leur production en dehors des cours.

- les objectifs de l’activité et la production attendue (affiche) sont présentés aux élèves.

- les documents sélectionnés pour l’activité sont ensuite présentés aux élèves qui peuvent les emprunter. Documents disponibles : CD-ROM sur Renault, livret sur l’organisation de l’entreprise, site Renault.com (rubriques « développement durable » et « Renault dans le monde »), site http://www.daciagroup.com/ (« infiltrez l’usine de Pitesti »), l’atlas Renault édition septembre 2005, atlas généraux du lycée.

- des groupes sont formés autour des 5 exemples de sites Renault proposés à la réflexion des élèves : l’usine de Sandouville, celle de Douai, celle de Choisy-le-Roi, celle de Pitesti en Roumanie, le technopôle de Guyancourt. Ces différents sites ont été sélectionnés car ils montrent des activités différentes de l’entreprise (conception pour le technopôle de Guyancourt, production haut-de-gamme pour Sandouville, production milieu-de-gamme ou bas-de-gamme pour Douai et Pitesti) ou parce qu’ils sont proches des lieux de vie des élèves (Choisy-le-Roi). De plus, en dépit du fait que le chapitre porte sur la France, un des groupes (un seul sur cinq) devra réfléchir sur une usine étrangère, celle de Pitesti en Roumanie. Ce choix se justifie par trois éléments : 1) même s’il s’agit d’une implantation à l’étranger, on se situe toujours dans le cadre de l’étude d’une entreprise française 2) il paraît difficile dans ce chapitre de ne pas faire allusion à une des évolutions récentes majeures des entreprises françaises, leur internationalisation 3) lors de l’étude de ce thème, les élèves sont extrêmement proches de la terminale, il serait donc dommage de ne pas ouvrir un peu la réflexion sur la mondialisation alors qu’ils seront probablement confrontés à cette problématique dès le début de l’année suivante.

- enfin la fiche d’évaluation du travail (voir ci-dessous) est distribuée aux élèves.

- un deuxième moment du travail consiste en une séance un peu plus rapprochée du chapitre (une semaine avant environ) où le professeur fait le point avec les élèves de l’avancée de leur recherche et de leurs éventuelles difficultés.

- le troisième temps de l’activité est la mise en commun du travail des différents groupes. Ce moment intervient en introduction du chapitre. Les élèves reçoivent tout d’abord une carte des implantions de Renault en Europe (tiré de l’« Atlas Renault ») pour les aider à se repérer. Chaque groupe vient ensuite présenter son affiche : il indique les résultats de sa recherche et la manière dont il a conçu la production. Cette présentation orale est un élément d’évaluation au même titre que l’affiche.

- tous les groupes ayant effectué leur présentation, les élèves croisent ensuite les informations et identifient les principaux facteurs de localisation des sites Renault (phase de cours dialogué avec le professeur) :
la présence de voies de communication (exemple : pour l’usine de Sandouville autoroute A13, Seine, port du Havre)
le facteur main-d’œuvre, que l’entreprise recherche des travailleurs qualifiés (ex. : technopôle de Guyancourt) ou à plus faible coût (ex. : usine de Pitesti)
la présence d’un tissu économique permettant le recours aux sous-traitants (75 % du prix de revient d’une voiture Renault est dû à la sous-traitance)
l’existence de contraintes environnementales (ex. : proximité de la Seine et deux sites de production d’eau potable pour l’usine de Choisy)
la volonté d’être à proximité du marché de consommation dans une économie de la demande qui fonctionne à flux tendus (ex. : site de Douai)
le « savoir-faire » des différents établissements (ex. : spécialisation de l’usine de Sandouville dans les modèles les plus luxueux de la gamme, notamment la Velsatis).
L’accent est alors mis sur l’échelle très variable des différents facteurs de localisation et le fait que ces facteurs varient selon l’activité du site (conception - la localisation du technopôle de Guyancourt est alors très révélatrice de la non-décentralisation de l’industrie française - / (production plus ou moins technologique).

Ces facteurs peuvent être regroupés en trois grands thèmes (l’environnement économique, la main-d’œuvre, l’environnement écologique) qui peuvent constituer les trois parties du chapitre ensuite développé. Tout au long du chapitre, les élèves extraient des exemples précis tirés des affiches pour illustrer le cours (les affiches resteront si possible en place dans la salle de cours).

Évaluation :

- l’évaluation du travail produit par les élèves sur Renault peut se faire assez facilement à partir des critères de TPE. Le tableau suivant propose une version simplifiée et adaptée à l’activité proposée du tableau d’évaluation des TPE. Cette version tient donc compte du fait que les documents ont été présélectionnés par le professeur, que le type de production a été imposé et qu’il n‘est pas demandé aux élèves de synthèse présentant leur démarche.

Démarche personnelle et investissement de l’élève
Recherche documentaire Sélection des sources d’information et des documents en rapport avec le thème et le sujet
Traitement pertinent des informations (sélection et analyse)
Démarche Trace écrite des recherches conservée au fur et à mesure
Planification du travail
Contenus disciplinaires Appropriation des connaissances et des compétences
Contribution au travail collectif Esprit d’initiative et prise de responsabilités
Souci d’un travail d’équipe




Production finale
Production Pertinence de la production avec le sujet traité
Inventivité
Soin apporté au travail
Production achevée




Production orale
Présentation argumentée Construction de l’exposé
Argumentation et justification des choix
Réactivité face aux questions
Richesse des connaissances mises en jeu
Expression orale Qualité de l’expression orale (clarté,audibilité, richesse du vocabulaire
Prise de distance par rapport aux notes écrites

Auteur de l’article

E. Grimaud, lycée Romain Rolland, Ivry-sur-Seine, 2006

 

Fil twitter de @HGCreteil

  • 21 juin 2017

    Atelier Les données, un matériau pour apprendre dans toutes les disciplines : comment travailler en classe avec les datas ? #HNcreteilpic.twitter.com/xG7sEkda77
  • Comment intégrer les communs dans les apprentissages et les pratiques pédagogiques ? #HNCreteil Nathalie Martin @Wikimedia_Fr @SavoirsCom1pic.twitter.com/8b41Ij89hr
  • 22 juin 2017

    #emc #emi #HumanitesNumeriques lien
  • "Les humanités numériques permettent à terme de faire face aux défis de l'interdisciplinarité & de la formation" @elieallouche #HNCreteilpic.twitter.com/v592osfQME
  • Mise au point + fiches: géohistoire peuplmnt mondial; urbanisation monde; 1 monde fragmenté; démographie, pauvreté & environmnt @DocPhotoDF lien
0 | 5 | 10 | 15