Accueil > Archives HGC > [archives] Enseigner > [archives] Presse au collège > Les libertés, les risques et les limites de l’information, 09/01

-* Les libertés, les risques et les limites de l’information, 09/01

jeudi 3 octobre 2002

Les libertés d’opinion et d’expression
Bandeau publicitaire paru dans les journaux en Octobre 2001 :

1° Quelle est la nature du document ?
2° Qu’est-ce que " reporters sans frontières " ? Comment peut-on les contacter ?
3° Qu’est-ce qu’un baromètre ? Que signifie l’expression " baromètre de la liberté de la presse " ?
4° Quelle période les chiffres donnés par " Reporters sans frontières " concernent-ils ?
5° Quels sont les cinq indices retenus par " reporters sans frontières " afin de montrer que la liberté de la presse n’est pas respectée dans le monde ?
6° Qu’est-ce que la " censure " ?
7° Quel est le pourcentage de pays (par rapport aux 189 Etats siégeant aux Nations Unis) où la situation de la presse est soit difficile, soit très grave ?
8° La liberté de la presse est-elle toujours respectée dans les démocraties ? Donne un exemple.
9° Dans un paragraphe d’une dizaine de lignes explique pourquoi défendre la liberté de la presse est-il important ?


Les limites et les risques de l’information
Problème : Avec la multiplication des modes d’information, il est de plus en plus difficile d’être informé objectivement. Quels sont les risques et les limites de l’information ?

I-Le choix des images :
Article : L’actu Lundi 24 Septembre 2001

1° A-t-on vu beaucoup de victimes des attentats américains ?
2° Quelles sont les deux raisons qui expliquent qu’il y ait eu très peu d’images de victimes à la télévision ?
3° Qu’est-ce que l’autocensure ?
4° Cette autocensure est-elle généralisée ? Donne un exemple.
5° Comment PPDA justifie-t-il la diffusion de l’exécution publique d’une femme en Afghanistan ?
6° Penses-tu que, au nom de la liberté de la presse, on puisse tout montrer dans les médias ? (justifie ta réponse)

II-La liberté de la presse en temps de guerre : l’exemple américain.
Article de Marvin Kalb (The New York Times) paru en français dans Courrier International n° 574 du 31/10 au 7/11/01

1° Pourquoi l’État contrôle-t-il plus étroitement l’information en temps de guerre ?
2° Selon cet article, le public américain accepte-t-il cette censure ? Pourquoi ?
3° La presse américain se montre-t-elle coopérante avec la Maison Blanche ? Est-ce habituelle de sa part ?
4° Est-ce le rôle des médias de se montrer complaisant à l’égard du pouvoir ?


Dix photos de victimes : une jeune femme blessée au visage et à une jambe, ses deux jumeaux de dix-huit mois atteints à la tête qui attendent des secours. D’autres blessés ensanglantés en état de choc, le regard hébété, le visage entaillé. Un conducteur mort, broyé par la carcasse de son véhicule… Un reportage dur, difficilement supportable. Paris-Match publie en couverture et sur 18 pages dans son numéro du 21 septembre, des photographies tragiques prises par Thierry Bordas de la Dépêche du Midi, après l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, qui a provoqué la mort de 29 personnes et en a blessé 2442.

L’hebdomadaire assume tout à fait la publication des photos des victimes, " en dépit de la loi qui l’interdit au nom d’une prétendue protection des citoyens ". " Montrer c’est informer et dénoncer une tragédie qui, jamais, n’aurait dû se produire ", affirme Alain Genestar, directeur de la rédaction, dans son éditorial(…)

L’article 9 du Code civil dispose que " chacun a droit au respect de sa vie privée ". C’est d’ailleurs sur cette disposition que l’hebdomadaire avait déjà été poursuivie lors de la publication d’une photographie d’une victime de l’attentat de la station RER Saint-Michel à Paris en 1995.(…)

La loi Guigou, censée mieux protéger les victimes d’attentat, a modifié la loi sur la presse le 15 juin 2000. L’article 35 précise que la diffusion " de la reproduction des circonstances d’un crime ou d’un délit, lorsqu’elle porte atteinte à la dignité d’une victime ou qu’elle est réalisée sans l’accord de cette dernière, est punie de 100 000 francs d’amende ".(…)

Les attentats de New York n’ont fait l’objet de presque aucune publication de photographies de victimes ensanglantées ni de morts, dans les magazines français ou américains. Ce qui s’explique à la fois par une retenue des médias, une censure plus ou moins explicite et l’impossibilité d’accéder à la zone du désastre. Paris-Match en a décidé autrement avec l’explosion de l’usine de Toulouse.

Nicole Vulser Le Monde Samedi 29 Septembre


1° Quelle est la nature du document ?
2° Pourquoi peut-on dire que Paris-Match a pris un risque en publiant des photos de victimes de Toulouse ?
3° Face à ce risque judiciaire, quelle est la position du directeur de la rédaction ? Quels sont ses arguments ?
4° Quel texte pourrait être à l’origine de la condamnation de Paris-Match ?
5° La nouvelle loi protège-t-elle davantage les victimes ou la liberté de la presse ?
6° Comment peut-on expliquer qu’il n’y ait pas eu de photographies de victimes des attentats américains ?
7° Qu’est-ce que la censure ?
8° Penses-tu que, au nom de la liberté de la presse, on puisse tout montrer dans les médias ? (justifie ta réponse)

Académie de Créteil | motorisé par SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0