Accueil > Enseigner > .enseigner avec les Tice > tice & géographie > Répartition de la population française et ses évolutions, exemples (...)

[site internet & blog]

Répartition de la population française et ses évolutions, exemples régionaux.

lundi 11 juin 2007

L’étude traditionnelle de la répartition de la population française et de ses évolutions s’opère fréquemment à partir de cartes murales ou du manuel (densités, soldes migratoires) à l’échelle hexagonale. Pour sortir l’élève de son seul rôle d’observateur face à des représentations uniques et imposées, on se propose de le rendre acteur de productions cartographiques par une exploitation guidée du site Géoclip.
La démarche consiste à choisir un espace régional, le contextualiser au sein de l’espace national pour chaque thème retenu, et fournir par des commentaires et croquis des interprétations des cartes obtenues.

 Ressource, thème, compétences informatiques

  • Ressource de référence : Géoclip, site de cartographie.
  • Thème : la répartition de la population française et ses évolutions.
  • Compétences informatiques : capture d’image, superposition de formes sur l’image pour la réalisation d’un croquis (logiciel de présentation de type Powerpoint).

 Pour accéder directement aux documents

  • La feuille des consignes :
    Word - 55 ko
    Géoclip population, feuille de consignes

ou le télécharger au format pdf

 Niveaux concernés et place dans les programmes.

La question de la répartition de la population française et ses évolutions tient une place de choix dans notre enseignement de la géographie comme en témoignent les exemples qui suivent :

  • Au collège :
  • Classe de 4e

II. LA FRANCE 1. Unité et diversité (Les disparités du peuplement sont étudiées à partir d’une carte des densités et mises en rapport avec les évolutions récentes de la population, comportements démographiques, urbanisation
et péri-urbanisation).

  • Au lycée
  • 1re L ES : III - La France et son territoire 1 - Peuplement et répartition de la population L’inégale répartition de la population et sa dynamique sont mises en évidence et expliquées. Le poids de la population urbaine est souligné.
  • 1re STG : II- Peuplement, réseaux et mobilités en France (A) La distribution de la population

 L’esprit et les exigences des programmes.

"La mise en œuvre du programme privilégie la carte, le croquis, le schéma, l’image pour former les élèves au raisonnement géographique. Les TICE peuvent trouver là une application particulière (recherches documentaires sur Internet, construction de cartes assistée par ordinateur, traitement d’images numériques)... Une approche multiscalaire permettant une meilleure compréhension de cet emboîtement des espaces est indispensable." Extraits des commentaires officiels du programme de géographie de 1re.

De ces propos, nous relevons trois caractéristiques de notre démarche : le recours à la construction de cartes assistée par odinateur, l’approche multiscalaire et l’utilisation du croquis en vue d’un raisonnement géographique.

Ces aspects concordent par ailleurs avec l’esprit des nouveaux programmes de 1re STG. Les commentaires précisent en effet qu’"en géographie, il convient de passer de la situation locale ou régionale à une plus petite échelle, en montrant les invariants géographiques ou au contraire les spécificités du cas étudié par rapport à d’autres.". Les travaux proposés peuvent aussi s’inscrire dans les "sujets d’étude traités en approfondissement d’un thème"

 Quelques jalons à poser en amont du travail des élèves.

  • Donner en cours des repères cognitifs et notionnels.

On étudie la carte des densités et celle des évolutions démographiques. Quelques termes-clé sont à expliciter comme la hiérarchie urbaine (on se contente ici du critère démographique)ou la péri urbanisation ; le solde migratoire permet d’évoquer l’attractivité ou la répulsivité des lieux ; le solde naturel est l’occasion de faire le lien avec la proportion des âges et les mécanismes démographiques qui lui sont liés (fuite migratoire des forces vives ou afflux de retraités-> forte proportion des personnes âgées-> déficit naturel).

  • Montrer un exemple d’utilisation et d’exploitation de Géoclip.

La conception même du site Géoclip permet une utilisation assez intuitive qui ne demande pas nécessairement de recours à un mode d’emploi. On pourra tout de même trouver une visite guidée illustrée dans un article qui fournit également un fiche récapitulative de prise en main.

Il paraît toutefois indispensable de fournir aux élèves une méthodologie indicative sur la manière d’aborder le sujet énoncé.
Le site donné en référence, conçu pour les élèves du lycée MLKing durant l’année 2006-07, présente une marche à suivre à partir de l’exemple de la région Bourgogne.

La 1re étape concerne la répartition de la population.
Une mise en contexte à l’échelle hexagonale précède l’analyse à l’échelle régionale.
Pour celle-ci, on commence d’abord par identifier une hiérarchie urbaine en classant en trois catégories les principales agglomérations selon leur nombre d’habitants. On met ainsi en valeur la réalité d’un espace polarisé.
On repère ensuite les zones de concentration de population (vallées fluviales identifiables en cliquant sur l’onglet faisant apparaître les cours d’eau) ainsi que les espaces de faibles densités.
Ces observations aboutissent à un croquis simplifié où figure en légende l’ordre de la démarche indiquée.

JPEG - 8.4 ko
Croquis de la répartition de la population en Bourgogne

Des cartes complémentaires peuvent être suggérées comme celle des "espaces urbains et ruraux" pour bien montrer en particulier la différence entre espaces agglomérés et aires urbaines.

La 2e étape est celle de l’étude des évolutions démographiques.

Les dynamiques migratoires doivent permettre de décrypter un phénomène de desserrement urbain qui "banalise" le déclin des villes-centre et la croissance d’une couronne périurbaine. On appréciera donc un dynamisme urbain selon l’importance de la croissance périurbaine. (cf Dijon). Une fois ce préalable intégré, on pourra tenter de cerner des zones attractives et répulsives.

Un changement d’échelle s’avère alors indispensable pour eclairer des réalités régionales dans un contexte élargi. La zone de dynamisme du Nord Ouest s’éclaire en regard de la proximité parisienne et la zone de déclin s’inscrit dans un ensemble plus vaste qui n’est pas sans rappeler la "diagonale aride"

L’analyse du solde naturel s’opère de la même manière par un changement d’échelles et peut être mise en relation avec la carte des plus de 75 ans. La forte représentation des personnes âgées fait écho à la fuite migratoire des forces vives et s’impose alors comme un indice de déclin démographique.

La dernière étape résulte de l’addition des deux précédentes. Avec Géoclip, les évolutions peuvent être évaluées sur le court et le long terme.
La période longue (1962-99) donne lieu à un croquis d’interprétation que l’on peut transformer en schéma.

JPEG - 12.1 ko
La carte

...

JPEG - 7.6 ko
Le croquis et le schéma

Cette écriture graphique met alors en valeur les disparités de l’espace régional. La période courte (1990-99) permet une perception plus nuancée des inégalités : la zone en déclin apparaît en effet moins homogène que sur la carte des 3 décennies.

 Faire travailler les élèves

  • Le choix d’une région

Deux options sont possibles : la désignation imposée (par tirage au sort par exemple) garantit de couvrir l’ensemble national ou des espaces jugés significatifs par le professeur ; laisser aux élèves l’initiative du choix donne l’avantage d’une source de motivation supplémentaire (lieu de vacances ou d’origine familiale).

  • Les compétences informatiques :

l’idéal serait de pouvoir dégager une ou deux séances en salle informatique avec des effectifs limités pour pouvoir guider le travail des élèves mais les contraintes matérielles ne nous le permettent pas toujours. On peut toutefois envisager via le vidéo projecteur une démonstration assez simple d’une copie d’écran et d’une superposition de formes sur l’image à partir d’un logiciel de présentation pour aboutir à un croquis. L’expérience que j’ai pu mener en 2006/07 a montré une très grande facilité des élèves à s’emparer de ces techniques de base. (voir indications)

  • Les consignes
    Word - 55 ko
    Géoclip population, feuille de consignes

ou le télécharger au format pdf

Le document ci-dessus est une feuille de route qui suggère une démarche en trois colonnes : le travail sur Géoclip, le traitement sur un logiciel de présentation (PowerPoint ou Openoffice) et les commentaires à ajouter (choix libre du support mais l’insertion dans le diaporama est toutefois recommandée). Le travail peut paraître assez volumineux mais si des groupes d’élèves sont constitués, la distribution des rôles rend la tâche plus accessible.
Le professeur a aussi toute latitude pour opérer les coupes de son choix dans l’activité proposée.

  • Des productions d’élèves

Vous trouverez en cliquant sur les liens ci-dessous des extraits de travaux d’élèves livrés à l’état brut sans corrections du professeur.

PACA, par Julie Z, 1re L

Languedoc R par Anaïs C, 1re ES

Aquitaine, par Audrey A et Julie C, 1re S

Basse Normandie, par Lydie T, 1re ES

La Bretagne par PLouis C et Florian D, 1re S

Ci-dessous, un rapide aperçu visuel de quelques croquis (intégrés dans les productions déjà mentionnées)

JPEG - 6.9 ko
Croquis PACA répartition
JPEG - 8 ko
Croquis PACA évolutions
JPEG - 29.1 ko
Croquis Langu.R répartition
JPEG - 7.5 ko
Croquis Langu.R évolutions

 Comment ficeler tout ça dans le temps de la classe ?

On peut suggérer la progression suivante pour un chapitre sur la répartition de la population française et ses évolutions :

  • une séance de cours sur "répartition et évolutions, aspects généraux à l’échelle hexagonale"
  • une séance de démonstration via le vidéo projecteur à partir d’un exemple régional (utilisation de géoclip et d’un logiciel de présentation)
  • une séance où 3/4 élèves exposeraient leurs travaux via clé usb et vidéoprojecteur
  • une heure d’évaluation à partir d’un ou deux exemples régionaux permettant de tester les acquis sur quelques notions fondamentales (hiérarchie urbaine, péri urbanisation, attraction/répulsion, etc...) et la méthode du croquis.

Le travail fait à la maison est quant à lui évalué en fonction des conditions de faisabilité (il faut avoir à domicile un ordinateur et une connexion internet, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les élèves).
On peut envisager de répartir la note en 3 tiers (7/6/7) :
a) respect des consignes et lisibilité de l’ensemble de la production ; b) qualité des croquis ; c)pertinence des commentaires. Il faudrait intégrer un 4e critère en cas de passage à l’oral devant toute la classe, pourquoi pas sous forme de bonus.

Voir en ligne : Un blog pour mettre en commun les travaux cartographiques : les exemples du professeur et travaux d’élèves

P.-S.

Faire travailler les élèves avec le site Géoclip

Académie de Créteil | motorisé par SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0