Histoire-Géographie

Enseigner les Hommes et le relief

09 / 05 / 2007 | Cariou Wilfrid

Le logiciel Google Earth est mis à profit pour illustrer la partie du programme de 6e consacrée aux grands ensembles de relief. Il permet en premier lieu une vision tridimensionnelle de l’espace mais bien plus que cela, il autorise l’affichage de consignes sous forme de menu et de vignettes directement dans la fenêtre de visualisation. Il s’agit donc d’un puissant outil qui bouleverse la situation d’apprentissage.

Inscription dans le programme

Extraits du programme et de ses compléments : « A partir de cartes et d’images. Les élèves apprennent à utiliser les mots qui permettent de décrire simplement la topographie de la Terre. À l’aide de deux brefs exemples, éventuellement choisis dans la seconde partie du programme, on montre la relation des sociétés au relief. » (durée indicative : 3-4 heures)

I) De la pertinence de l’usage des TICE



SteLivrade3

envoyé par <a
href="http://www.dailymotion.com/cariouhg">cariouhg

Le logiciel Google Earth offre une vision tridimensionnelle de l’espace. Il permet ainsi de s’affranchir des difficultés de l’observation topographique des photographies de paysages. Ces dernières offrent une perception du relief qui n’est pas évidente pour les élèves.
Ainsi l’observation depuis un point culminant a tendance à « écraser les reliefs » et les versants situés au premier plan peuvent apparaître comme des surfaces planes. Le choix d’une photographie ne peut donc constituer qu’un compromis.















En revanche, Google Earth autorise une observation de l’espace sous tous les points de vue et donc de manière globale. De surcroît, le logiciel offre la possibilité de relever des altitudes simplement en glissant le pointeur de la souris ou superposer des repères ou des plages colorées (versants et fond de la vallée par exemple).

Malgré tout, il ne faut pas oublier que le modèle numérique de terrain (la 3D) n’est qu’une simulation. Le relief est par conséquent simplifié, « lissé » et il n’est pas rare d’observer des cours d’eau de fond de vallée incurvés. De même il est nécessaire d’exagérer les altitudes afin de faciliter la perception d’accidents de terrain en plaine.
Enfin, Google Earth constitue bien plus qu’un outil de visualisation. Il permet en premier lieu l’affichage du questionnement dans l’interface du logiciel sous forme de menu déroulant. Il permet également d’associer l’affichage de repères ou de questions à un point de vue d’observation particulier.





























II) Mise en œuvre pédagogique

A) modalités de mise en oeuvre

Cette séquence peut-être réalisée en salle informatique mais aussi plus classiquement au sein de la salle de classe d’Histoire-Géographie à l’aide du vidéoprojecteur ou d’un tableau interactif. Elle nécessite une connexion à Internet.


Modane1
envoyé par cariouhg

En salle informatique, il est souhaitable dans un premier temps de guider les élèves et par la suite de les laisser davantage en autonomie. Le support de trace écrite est constitué d’un polycopié qui reprend l’ensemble des questions posées et qui met en parallèle les études de cas. _ Un temps de mise en forme de la trace écrite sur le cahier doit me semble-il avoir lieu à la fin de l’étude des formes du relief. Il doit permettre à chaque élève de redéfinir à partir de Google Earth les plaines, plateaux et montagnes et de réaliser des schémas. Des exemples permettent ensuite à l’aide de Google Earth de vérifier la maîtrise de ces notions.

Dans le contexte de la salle informatique du collège Claude Monet (Bussy Saint-Georges, académie de Créteil), il a semblé fondamental pour la réussite des séances de mobiliser les élèves autour de la parole du professeur. En effet, ces derniers, de par la disposition de la salle lui tournent le dos et ont tendance à vouloir sortir du cadre imposé en explorant librement les études de cas.

Le dispositif retenu a donc consisté en une progression pas à pas pour la première étude de cas. Les élèves lisent à haute voix chacune des questions posées et répondent à l’oral. L’usage complémentaire du vidéo projecteur s’est révélé indispensable dans ces premiers temps de prise en main. Il a en effet permis aux élèves « un petit peu perdus » de vérifier la concordance entre l’affichage de l’espace observé sur leur ordinateur à celui requis pour répondre à chacune des questions. Cet outil a de plus facilité la notation de la trace écrite. Le polycopié a été tout simplement visualisé dans un traitement de texte et complété soit par le professeur soit par les élèves.

Par la suite les élèves ont travaillé de manière beaucoup plus autonome. Les mises en commun ont été réalisées de manière plus ponctuelle, privilégiant les questions de réflexion aux questions de relevés topographiques. Il est également apparu qu’un encadrement de la première séance par plusieurs adultes facilite la prise en main du logiciel et la compréhension de la démarche par l’ensemble des élèves.

Déroulement de la Séquence


classe de 6e Collège Claude Monet, Bussy Saint-Georges

- Fin de la séance précédente :

- Mise en place de la séquence sur le cahier (titre, problématique, etc...)

- Séance 1 - Google Earth : plaine et plateau.

- Séance 2 - Google Earth : montagne définition des formes du relief sur le cahier accompagnée de schémas. Travail à achever à la maison.

- Séance3 - mise en commun : Mise en évidence des différents types de schéma (schémas en coupe, schémas en perspective)

- Google Earth exercices : Il s’agit de vérifier la maîtrise des notions en exploitant des exemples. Travail maison : les formes du relief à l’échelle du monde (planisphère physique)

- Séance 4 - Google Earth : les hommes et les reliefs à Modane. Réalisation en fin d’heure ou à la maison d’un schéma des aménagements en coupe.

- Séance 5 - Mise en commun : schéma des aménagements ; Mise en commun sur la maîtrise des contraintes du relief de montagne et de la transformation des contraintes en atouts dans les pays riches Les hommes et les reliefs dans les pays pauvres.


Amenag
envoyé par cariouhg

B) Questions matérielles

Les études du cas ont été préalablement importées dans le menu Mes lieux préférés. Quelques élèves n’ont pas su ouvrir la bonne étude de cas. Bien que cette erreur ait été facilement corrigée, il me semble souhaitable d’importer au fur et à mesure les études de cas.

Le logiciel Google Earth nécessite des ressources informatiques non négligeables. Il faut donc vérifier son bon fonctionnement sur le(s) poste(s) informatique(s) de la salle. Les effets de rotation de la terre doivent être fluides. Le logiciel peut néanmoins se configurer à l’aide du menu options afin de favoriser la fluidité de l’affichage. L’utilisation de Google Earth avec des élèves pose le problème de la mise au point des images qui peut être d’une extrême lenteur en réseau. Il convient donc de stocker sur chaque ordinateur l’ensemble des images nécessaires à la séquence. Le plus simple du point de vue technique et de « lancer » les études de cas en amont afin de pré-charger les données sur les ordinateurs. Il est également possible de remplacer le cache de Google Earth sur chaque machine par une image du cache comportant les données nécessaires.

Pour accéder aux fichiers de cache, il est nécessaire d’autoriser l’affichage des dossiers cachés (outils / options des dossiers sous windows xp). La séquence nécessite 70 mo de données en cache.

Configuration Menu Outils /Options : Réglez le niveau d’élévation à 1,5 ; afficher l’élévation en mètres et kilomètres. Menu Infos pratiques : Ne conservez que les éléments nécessaires : le relief, les zones habitées, les frontières nationales. Menu Lieux : supprimez les lieux préférés et temporaires (enregistrez -les auparavant si cela est nécessaire. Barre latérale : Ne conservez que le menu Lieux. A chaque fois qu’un exercice est terminé, supprimez-le du menu Lieux avant d’ouvrir le fichier suivant.

Conclusion

Google earth constitue un outil privilégié d’étude de la géographie à travers une vision tridimensionnelle de l’espace. Il introduit une forte autonomisation des apprentissages dans un cadre nouveau : la salle informatique.

Auteur de l’article

Wilfrid Cariou, GREID de l’académie de Créteil mars 2007

Annexe : travaux d’élèves

Les définitions ont été complétées lors de la mise en commun. Les schémas des élèves sont conservés et corrigés par un renvoi aux schémas du manuel.

Remerciements :
Olivier Kazmierowski, enseignant de technologie au collège Claude Monet qui m’a aidé dans la préparation de la salle informatique (diagnostic, mise à jour du matériel, création de dossiers partagés, installation de Google Earth).
Christian Bonrepaux du Monde de l’Éducation pour l’article paru dans le Monde de l’Éducation de mai 2007.
Danielle Champigny et l’équipe du GREID pour leurs conseils.

Post Scriptum :

s’affranchir des difficultés de l’observation topographique des photographies de paysages